Petite leçon de Socialisme…

Pour sourire après ces jours de tension… puis réfléchir, cette petite leçon administrée par un professeur  pour faire comprendre comment le refus de l’effort, du mérite et de leurs récompenses, conduisent au déclin et à la violence.

 Mais faut-il de telles leçons pour ne plus se souvenir à ce que ces méthodes ont produit naguère et produisent encore dans les pays qui les appliquent.

Un professeur d’économie dans un lycée annonce fièrement qu’il n’a jamais vu un seul de ses élèves échouer, à l’exception d’une année, où ce fut la classe entière qui a connu l’échec.

Cette année-là (1931), la classe était largement convaincue que le socialisme, devenu à la mode, était une idéologie qui fonctionnait, et créait un système égalitaire parfait !

Le professeur proposa alors :

 » Nous allons mener une expérience du socialisme dans cette classe. A chaque contrôle, on fera la moyenne de toutes les notes et chacun recevra cette note. Ainsi personne ne ratera son contrôle et personne ne caracolera en tête avec de très bonnes notes. »

Après le 1er contrôle, on fit la moyenne de la classe et tout le monde obtint un 13/20.

Les élèves qui avaient travaillé dur n’étaient pas très heureux, au contraire de ceux qui n’avaient rien fait, et qui, eux, étaient ravis.

A l’approche du 2ème contrôle, les élèves qui avaient peu travaillé en firent encore moins tandis que ceux qui s’étaient donné de la peine pour le 1er test décidèrent de lever le pied et de moins travailler. La moyenne de ce contrôle fut de 9/20 ! Personne n’était satisfait.

Quand arriva le 3ème contrôle, la moyenne tomba à 5/20. Les notes ne remontèrent jamais, alors que fusaient remarques acerbes, accusations et noms d’oiseaux, dans une atmosphère épouvantable, où plus personne ne voulait faire quoi que ce soit si cela devait être au bénéfice de quelqu’un d’autre.

A leur grande surprise, tous ratèrent leur examen final.

Le professeur leur expliqua alors que le socialisme finit toujours mal car, quand la récompense est importante, l’effort pour l’obtenir est tout aussi important, tandis que, si on confisque les récompenses, plus personne ne cherche ni n’essaie de réussir.

Chacun aura compris que:

– On n’apporte pas la prospérité au pauvre en la retirant au riche.

– Tout ce qu’un individu reçoit sans rien faire pour l’obtenir, un autre individu a dû travailler « pour le produire sans en tirer profit. « 

– Tout pouvoir ne peut distribuer aux uns que ce qu’il a préalablement confisqué à d’autres.

– Quand la moitié d’un peuple croit qu’il ne sert à rien de faire des efforts car l’autre moitié les fera pour elle, et quand cette dernière moitié se dit qu’il ne sert à rien d’en faire car ils bénéficieront à d’autres, cela s’appelle le déclin et la fin d’une nation.

– La solidarité ne peut se confondre avec le partage et l’égalité avec la confiscation.

Je vote Sarkozy

Sans état d’âme, je voterai après-demain pour Nicolas Sarkozy. Trois raisons me conduisent à ce choix qui ne doit rien au conformisme, ni à la lassitude mais tout à la nécessité de voir la France reprendre son rang, à la connaissance intime des dossiers à traiter, à la mesure des efforts à faire, à l’indicible pression des autres acteurs du monde, et aussi, à l’inadéquation, des politiques préconisées par François Hollande, à la réalité économique et sociale actuelle. Lire la suite

La France malade de son école

De l’égalité des chances à l’égalité des parcours ?

Dans notre pays, 130 000 jeunes sortent du système scolaire sans diplôme et l’objectif de 80% d’une classe d’âge au bac, non seulement, n’est pas atteint mais stagne, depuis quinze ans, avec 65% de bacheliers, dont 35% décrochent un bac général. Lire la suite

L’ENJEU – Deuxième partie

Je regrettais hier que cette campagne électorale ne se saisisse pas de cet enjeu capital pour notre avenir qu’est la compétitivité de « l’entreprise France ». J’affirmais, qu’aujourd’hui, c’est moins par la relance, qui nécessite impôts et dette, que par l’abaissement des charges sur la production, que pourrait se mettre en place la première condition de la sortie de crise. Lire la suite

L’enseignement : les propositions des candidats à l’élection présidentielle

Deux conceptions de l’éducation s’affrontent dans la campagne présidentielle :

–  à droite et au centre : la personnalisation des parcours est au cœur des projets avec une différenciation des programmes, des moyens, des pédagogies mises en œuvre, ainsi qu’une sortie du collège unique et l’apprentissage dès 14 ans. Lire la suite