La Somalie

pirates-somalie-otages oj photo

OUI, il fallait tenter la libération d’un otage français maltraité depuis plus de trois ans. L’échec ne signifie pas que des erreurs et encore moins des fautes ont été commises.Toute action comporte des risques d’échec, c’est la grandeur du responsable de les assumer.

La question infinie restera de savoir s’il fallait prendre ce risque ou payer pour sauver une vie et permettre les achats d’armes qui feront d’autres otages ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*