De la crédibilité

J’ai choisi ce terme, avec celui de proximité comme base de ma campagne législative car ils mettent l’accent sur deux qualités, essentielles à mes yeux, d’un candidat à la députation.

La crédibilité repose d’abord sur la loyauté que je mettais en avant sur mon blog hier. Cependant, elle remonte plus haut dans le caractère, elle recouvre de vrai, ce qui est encore incertain, elle fait accepter maintenant les promesses futures, elle permet de croire lorsque rien ne prouve !

Si je ne suis pas crédible, ni mes analyses ni mes engagements ne valent et si je ne suis pas crédible, le soupçon s’insinue dans mes propos et la suspicion dans mes serments.

La crédibilité est un marqueur fort de la réputation qu’elle colore brutalement sous le pinceau sournois de la rumeur. Dans tous les métiers, et le mien n’y échappe pas ; elle est un élément essentiel du professionnalisme. Si je ne suis pas crédible, dans mes diagnostics ou mes prescriptions, les clients s’esquivent ou doutent. Crédible, au contraire, il s’apaisent et font confiance.

C’est sans doute de cette exigence professionnelle que j’ai ressenti le besoin de crédibilité en politique, espace habituel de la langue de bois, de la démagogie et des promesses jamais tenues.

On me dit que j’ai tort. Que la politique, comme le poker a besoin de dissimulation, de harangue plus que de raisonnements, que pour être compris par le plus grand nombre, il faut simplifier, caricaturer parfois, car le citoyen aurait besoin d’adhérer plus que de comprendre.

Ma conviction est inverse. Au risque de paraître moins brillant, j’écoute avant de parler, j’essaie de comprendre avant de proposer, je m’efforce de ne promettre que ce que je crois possible, même lorsque la tentation est forte, de faire plaisir. Je suis fier de ma crédibilité auprès des picards qui me consultent à l’hôpital, de mes collègues avec qui je siège à l’Assemblée nationale, des milliers de personnes qui reviennent me voir lors de mes permanences. La crédibilité ne s’acquiert ni par la fortune ni par le diplôme, c’est dans la fréquentation quotidienne du regard des autres qu’elle naît, se développe ou meurt sans toujours dire pourquoi…

3 réflexions sur « De la crédibilité »

  1. Je n ai pas reçu de réponse a mon courrier, je suis surprise , je sais que vous etes tres pris en ce m
    oment,mais je suis déçue aurais je une réponse .MERCI M le Député
    JORON Angelina

    • Bonjour Madame, je vous prie de recevoir mes excuses mais je ne retrouve pas de courrier.
      N’hésitez pas à contacter ma permanence de campagne au 03.22.80.00.24. afin de faciliter nos recherches.
      Mon équipe se fera un plaisir de vous répondre dans les meilleurs délais.
      Je reste à votre disposition
      Avec tout mon dévouement
      Olivier Jardé

  2. Cher Olivier,

    Quoi de plus méprisant en effet pour un population, pour un groupe de citoyens que de se voir « attribuer » un candidat qu’ils ne connaissent pas, qui n’est pas de leur terroir.

    Inconnus de ces mêmes citoyens, ces candidats de la dernière heure, débarquent dans des circonscriptions au mépris du droit élémentaire des électeurs à élire un des leurs.

    Où est le débat sur les convictions et les engagements entre chacun des candidats , quand la candidature ne constitue plus l’achèvement d’un engagement, mais le fruit d’un calcul d’intérêts divers.

    Quel légitimité retient ce vote quand il prive le citoyen d’un choix fondé sur la connaissance qu’il doit avoir de la femme ou de l’homme qui parlera en son nom.

    Quel mérite pour celui qui n’ose affronter une contradiction sur ses propres terres pour se faire élire à tous prix là ou un autre aura, par son dévouement, valoriser leur même bannière.

    Quel crédit national ou Européen auront demain nos villes, nos circonscriptions, si elles ne deviennent que des faire-valoir pour des rentiers de la politique.

    Par quoi doit être garanti l’avenir d’une femme ou d’un homme politique: par sa capacité à convaincre, par son dévouement ou par la certitude d’être toujours réélu?

    Cette grande idée du rassemblement territorial qui a construit notre Nation Républicaine, est née de l’assemblée de représentants porteurs des doléances reçues directement de cette main qui allaient aussi les élire.

    Recentrons nous sur nos valeurs républicaines, débattons, rassemblons nous en refusant cette dérive prétorienne, soutenons ta candidature aux élections à venir.

    Pascal RIFFLART
    Parti Radical Valoisien

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*