Une campagne électorale…

mairie d'Amiens OJSe lancer dans une campagne municipale est plus subtil que je l’imaginais.

Je pensais qu’il suffisait de postuler à l’investiture de son parti, de présenter son programme et de faire campagne pour convaincre. C’est beaucoup plus compliqué !

  •  Quand annoncer sa candidature ?

En 2008 j’ai, comme tous les responsables politiques de droite, adhéré au nouveau club « Imagine Amiens » créé pour assurer une réflexion commune d’où découlerait un programme, puis l’union autour du candidat le mieux placé.

Ma surprise fut grande de voir que, sous la houlette active de Benoît Mercuzot, notre Club travaillait beaucoup mais ne parvenait pas à alimenter le débat par ses propositions. Pire, l’union proclamée par tous, aboutissait à des annonces de candidatures de plus en plus nombreuses.

Comme on le voit à chaque élection, et c’est normal, les investitures sont données par les états-majors parisiens des partis et les rodomontades locales n’y changent rien comme ont pu le vérifier les socialistes d’Amiens aux dernières législatives.

Il leur appartient de négocier, de définir les modalités de candidature et, en définitive de trancher, voire d’exclure les récalcitrants qui n’ont pratiquement aucune chance sans investiture nationale.

En s’y conformant, on évite les conflits inutiles et les querelles de chapelle qui font le bonheur de la presse mais les déboires dans les urnes.

Le Nouveau Centre, dont je viens d’être réélu président Départemental, a défendu une procédure que j’applique : c’est simple et efficace. Elle ne comporte ni primaires, ni auto-proclamation, mais la proposition d’un sondage qui, en dépit de ses insuffisances, informera mieux par une consultation générale qu’une primaire dont l’UMP n’a pas vraiment réussi à nous montrer l’efficience.

  • Le programme

Le conseil donné à tous candidats est que le programme doit être concerté et n’oublier personne !

Les programmes de Hollande ou Demailly en sont de très bons exemples.

Le plus souvent, la concertation ne consiste pas à exposer vos idées et propositions à des groupes réputés compétents en économie, culture, sport, éducation, logement ou urbanisme mais à demander à ces groupes ce que vous devez proposer !

Comment ce patchwork clientéliste, peut-il, à un moment, devenir un projet pour l’avenir d’Amiens ?  Nul ne le sait et les désillusions sont fortes.

Scientifique et médecin, j’ai choisi une autre méthode. Après avoir écouté, j’ai posé un diagnostic dont découle un programme que je soumets à concertation.

L’emploi, c’est-à-dire le développement économique d’Amiens, détermine tout l’avenir de la ville. La réussite scolaire et la formation des futurs salariés en est la base essentielle et l’attractivité de la ville une condition incontournable.

De ce constat, découlent des priorités.

Ma conviction est, qu’à l’inverse de la gauche, je pense que trop de fiscalité fait fuir les entreprises et affaiblit celles qui restent pendant que  les prélèvements sur les ménages asphyxient la consommation.

Je pense donc qu’il faut baisser la fiscalité.

De cette nécessité, j’examine comment être plus efficace pour moins cher et différer ce qui n’est pas essentiel pour l’emploi.

Ainsi je propose de redynamiser une démocratie de proximité avec beaucoup moins d’adjoints mais plus de pouvoirs et refus des cumuls.

Je propose une politique du logement financée également par la vente du parc HLM aux habitants qui le souhaitent.

Je propose de différer les investissements coûteux dont l’urgence n’est pas avérée comme le tramway ou le programme de la Citadelle.

Evidemment, c’est moins « sexy » que ré-enchanter Amiens ou promettre plus pour la sécurité, la culture, le sport, l’école, le social ou les vélos, mais il y va de notre destin même !

Et, ce sera mon combat.

2 réflexions au sujet de « Une campagne électorale… »

  1. oui, il faut baisser la fiscalité
    oui, il faut faciliter l’accession à la propriété des locataires HLM
    Oui, il faut se battre pour créer des entreprises et des emplois à AMIENS
    Oui et merci Olivier de préparer l’avenir de notre ville
    Oui, il faut reconstruire notre pays,
    Oui, il faut changer les règles du système qui arrive à bout de souffle,
    Oui, il faut agir en faveur des forces vives de notre pays en vue de la croissance
    Oui, il faut redonner espoir et ne pas se résigner au fatalisme
    Avec toi, Olivier, a France et les Amiénois peuvent gagner !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*