REFLEXIONS – Quelles limites à la redistribution ? – 1° Partie –

caf-caisse-allocations-familiales-150x150.À partir de quand l’impôt devient-il confiscatoire ?

Chacun admet sans problème que les plus aisés aident les moins pourvus et que l’impôt redistribue plus équitablement les richesses produites. Pourtant, le Conseil Constitutionnel vient de décider que, passé un certain seuil, l’impôt ne redistribue plus, il confisque !

Il confisque, c’est-à-dire qu’il punit l’enrichissement au simple motif qu’il existe, sans autre justification : la jalousie prend la place de la solidarité !

La révolution française en 1789 s’est faite sur l’égalité devant l’impôt : chacun devait payer le même montant et celui qui ne payait rien ne pouvait voter !
L’impôt proportionnel est une autre forme, plus équitable, de l’égalité devant l’impôt : chacun paie proportionnellement à ses revenus.
L’impôt progressif, que nous connaissons, a quitté cette égalité facilement compréhensible pour une forme d’égalité plus subtile mais sans réelle limite : chacun va payer d’autant plus, donc PLUS que proportionnellement, que ses revenus n’augmentent. À chaque fois que vos revenus changent de « tranche », la proportion de ce que vous devez payer augmente!

Peu à peu, s’enrichir devient une faute, d’autant que la tentation de l’optimisation fiscale voire de la fraude s’installe devant un prélèvement ressenti comme injuste.

En effet, celui qui gagne pense qu’il a légitimement gagné son revenu par ses efforts, les risques assumés, le talent démontré, alors que celui qui reçoit n’a d’autre légitimité que la modicité de ses revenus ou les handicaps de sa vie.

Les soupçons d’égoïsme pèsent sur l’un, de jalousie sur l’autre, c’est-à-dire le contraire de la solidarité qui exigerait que celui qui paie soit fier de payer et celui qui reçoit conscient de l’effort accompli.

Avec la taxation à 75%, Francois Hollande a réussi à faire basculer la solidarité dans la confiscation, la fierté de partager, dans le désir de quitter la France, et, devant la mise en accusation de la richesse, l’envie d’aller réussir ailleurs !

Quel dégât pour notre avenir car comme le disait ce leader communiste chinois : «lorsque les riches deviennent pauvres, les pauvres meurent !».

A suivre…

Une réflexion au sujet de « REFLEXIONS – Quelles limites à la redistribution ? – 1° Partie – »

  1. Bonjour Olivier,

    Entierement d’accord avec votre analyse on nous prend pour de véritable vache à lait……
    J’ai fait de l’immobilier pour m’en sortir mais apres avoir payé de la TVA, des credits, des impots, de la CSG (hausse de 15.5% entre 1996 à ce jour), on subit la crise et les loyers impayés et les impots ++++
    Les retraites sont de plus en plus touchées on parle meme de baisser plus fortement la retraite des cadres alors qu’on a cautisé plein pot toute sa vie !

    Je pense qu’il y a trop de social en France et qu’il serait bon de mettre plus de controle à la CAF, Secu, etc…..

    Bon courage pour la suite, je suis (ainsi que ma famille ) de tout coeur avec vous.

    Bien cordialement,
    Alain

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*