Personne n’a le monopole de la proximité

Tous les candidats souhaitent, comment les en blâmer, apparaître « proche des gens » tant il est évident que l’on ne peut élire qu’en connaissant, en pratiquant au long des jours, une personnalité que le vote va distinguer.

La moindre des choses, pour prétendre à la proximité, est de ne pas être parachuté sur un territoire dont vous ne connaissez rien et dont vous n’avez rien à faire sinon y trouver un électorat.

Il faut tout de même une certaine dose de mépris de ses collègues élus locaux, comme de ses électeurs, pour venir à un mois d’une élection dire tout crûment : « Vous n’avez personne chez vous digne de porter vos convictions ni parmi vos élus locaux, ni chez vos militants de longue date et moi, totalement inconnue, ici comme ailleurs, je vous offre la chance de voter pour moi ».

Après tout je pourrais admettre que c’est l’affaire de la gauche amiénoise qui aura du mal à expliquer demain qu’elle est apte à gérer la ville mais incapable de produire un candidat de valeur.

Mais je pense que c’est un problème qui va plus loin et implique la démocratie elle- même. Comment peut on, à ce point, oublier l’électeur pour ne retenir que les arrangements partisans ?

Cela vaut aussi bien pour M. Guéant ou Guaino dont on peut penser que l’expérience politique et les services passés valent bien une implantation locale.

Je ne le pense pas.

Très profondément, je crois qu’une carrière politique doit s’entreprendre à la base, au contact des problèmes quotidiens. Ensuite, vient le temps de l’élection locale ou l’on confronte mieux le quotidien et les grandes questions nationales et internationales. Enfin, l’élection législative qui confère le pouvoir de participer à la loi, c’est à dire, à l’organisation même de la société.

J’imagine mal que l’on puisse le faire sans une certaine expérience de la vie au contact des êtres et des choses.

Ainsi Dimanche, certains voteront socialiste, ou vert, en espérant que leur vote ne servira qu’à soutenir François Hollande.

Ceux qui voteront pour moi, pourront compter comme hier sur mes convictions et ma détermination pour que les idées que j’ai exprimées sur ce blog soient au cœur de mes interventions.

En votant pour moi, vous ne votez pas seulement pour limiter les pouvoirs d’une gauche omnipotente, vous votez aussi pour la défense quotidienne des valeurs que nous portons ensemble et que je suis prêt à discuter chaque jour avec vous.

C’est le sens de mon engagement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*