AMIENS, ville moyenne !

blog-presse-nobel OJ AMiensCertains ne voient déjà plus Amiens comme capitale régionale, mais lui donner comme avenir d’être une ville « moyenne » interroge !

Le dernier Conseil municipal a été agité, selon le Courrier Picard, et on peut comprendre la fureur de Marc Foucault ou de Bernard Nemitz de voir ainsi afficher sans fard la vision future de notre cité.

Hier nous la comparions, avec juste un peu d’humour, à Amsterdam. Maintenant à quoi ?

Sans souci de cohérence, on nous parle ici d’avenir mécanique avec le tramway et là, d’un bucolisme suranné dans l’esprit de décroissance cher aux verts, où le futur n’aurait d’avenir que dans le passé !

Je pense, tout au contraire, que notre avenir est dans notre capacité à redonner de l’attractivité et de la notoriété à notre ville.

Pas celles qui nous valent le 20 Heures avec l’actualité des pneus qui brûlent ou des voitures qui flambent, pas celles non plus des premières zones de sécurité prioritaires, mais celles qui exaltent les exploits médicaux les plus pointus, qui mettent en avant les nouvelles technologies en créant des milliers d’emplois, des filières prometteuses, nos chercheurs les plus féconds, nos entreprises les plus performantes, nos innovations les plus spectaculaires…

Cette notoriété, cette attractivité perdue, nous les retrouverons demain par un discours politique qui mobilisera les entrepreneurs qu’ils soient dans l’industrie, le commerce ou  les services. Parce qu’il nous faut des entrepreneurs, qu’ils soient économiques, sociaux, culturels, d’urbanisme, de sécurité, d’environnement, et de logements. Je pense même qu’il nous faut des entrepreneurs pour réinventer la réussite scolaire, l’insertion sociale et les vraies solidarités !

Le discours ne sera entendu que s’il s’appuie sur des actes. Celui que je propose est clair, il ne passe pas par les éternelles subventions imprégnées de plus ou moins de clientélisme mais par une fiscalité adaptée, une présence municipale centrée sur les projets plus que sur l’administration, sur l’emploi plus que sur le paraître, sur le développement plus que sur le passéisme.

C’est le sens de mon projet : parlons-en !

2 réflexions au sujet de « AMIENS, ville moyenne ! »

  1. Parfaitement exact cher Olivier, grand merci pour cette prise de position et ces analyses pertinentes.

    Un discours volontariste à la Hollande ne sert strictement à rien – plus il est même contreproductif car empreint de contradiction(s) – si des actes forts en faveur des entrepreneurs ne sont pas réalisés.

    Il faut cesser enfin de rêver: ce n’est qu’en favorisant (« outrageusement » diront les égalitaristes castrateurs si nombreux en France) les entrepreneurs, en particulier en leur réservant un accueil des plus favorables (fiscalité, mais aussi baisse forte et courageusement déclarée du coût du travail comme volonté ferme plus encore que comme objectif lointain), qu’on parviendra à les encourager à être ou venir en France et…à y rester ! Même des économistes classés à gauche l’écrivent (cf Attali il n’y a guère et cf Philippe Aghion dans Challenges de cette semaine), sans être lus ni entendus.

    A l’heure de la mondialisation et donc de la circulation libre des hommes et des capitaux, pourquoi donc les jeunes talents resteraient-ils en France si les conditions qu’on leur fait sont meilleures ailleurs ?

    Il est heureusement terminé le temps où les individus étaient les esclaves (« sujets ») d’un roi ou d’une « nation » (car le peuple souverain est encore un souverain, et la « démocratie » une (piètre) moyenne des plus tyranniques comme l’a si bien montré Volkoff !!!). Il serait temps de le voir et surtout de le dire clairement, de le clamer même (au lieu d’utiliser des faux-fuyant à la Hollande pour complaire à des Melenchon ou à des « Verts » brunâtres – sans succès d’ailleurs tant ils font dans la surenchère).

    Evidemment ce qui est vrai pour la France l’est plus encore pour une ville. Surtout une ville comme Amiens qui n’a guère d’attractivité pour l’heure.

    Bon courage cher Olivier. Et encore MERCI.

  2. Entièrement d’accord avec vous. Ce terme de « ville moyenne », en plus d’être irrespectueux au regard de l’histoire brillante et millénaire de notre cité, est un non sens. Beauvais est un ville moyenne, comme Saint Quentin, Arras, Chalon-en-Champagne, Evreux, etc. Cela n’a rien de honteux d’ailleurs. Par contre, le statut de capitale régionale de notre ville, le fait qu’elle soit une grande ville universitaire, l’importance de sa jeunesse, sa position géographique privilégiée, la richesse de son patrimoine… Tout cela nous donne des responsabilités. Nous n’avons pas l’ambition d’être une « ville moyenne » mais plutôt d’être cette grande ville incontournable entre Paris et Lille. Au delà, de l’ambition c’est une simple question de devoir. Donner un avenir à Amiens et sa population. Je pense que les amiénois sont les tristes témoins de cette équipe municipale qui nous tire vers le bas, qui n’a pas les « épaules » pour diriger une « grande ville » comme Amiens et qui a une méconnaissance totale de son histoire et de son potentiel.
    Cordialement,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*