Quand François Hollande parle aux Anglais…

Hollande comprend bien que son discours « de gauche » effraie les européens. Dans une interview donnée récemment au Guardian anglais, il veut rassurer :

« La gauche a été 15 ans au gouvernement, et nous avons libéralisé l’économie, ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. Il n’y a pas à avoir peur. »         

Evidemment, Mélenchon n’est pas satisfait et le parti communiste non plus. Mais à force de vouloir servir une vérité différente à chaque public, à l’ère d’internet et de Twitter, il se retrouve vite épinglé.

Faudra-t-il attendre qu’il aille en Italie ou en Espagne pour que l’on sache s’il faut craindre, sa réforme des retraites, son calendrier nucléaire, sa gestion de la fonction publique ou son projet pour l’Ecole?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*