La police municipale, malade malgré elle d’un double échec, un article d’Imagine Amiens

La police municipale, malade malgré elle d’un double échec

dimanche 1 avril 2012, par Imagine Amiens

Dans le rapport remis il y a quelques jours, le Cabinet Bernard Bruhnes Consultant photographie « le climat social” de la police municipale amiénoise.

Son constat n’est pas vraiment une surprise. Dès le 8 avril 2010, le Courrier Picard titrait “La police municipale en maladie”, en référence au taux d’absentéisme particulièrement élevé des agents (30 %), taux d’absentéisme reflétant un malaise certain…

Le rapport de 2012 n’est donc pas une surprise, il n’en reste pas moins catastrophique. Pour n’en citer que les têtes de chapitre (dûment détaillés par l’étude) : “Une situation extrêmement préoccupante”, “Un cercle vicieux et une dynamique d’échec”, “Des attitudes contreproductives”.

Il est le symptôme d’un double échec : celui de la gestion du personnel dans son ensemble; celui de la politique communale de sécurité.

L’échec généralisé de la gestion du personnel

Ce que reflète ce rapport concernant la police municipale, c’est en réalité ce que ressentent l’ensemble des agents: du stress, un manque de soutien, une procédure de rerutement et de progression opaque, une collectivité coupée de la préoccupation de ses agents et de ses administrés.

Tout commence par la volonté de faire table rase du passé : éliminer les agents suspects car recrutés par la municipalité précédente à des fonctions de responsabilité, bouleverser les structures  existantes (forcément mauvaises …)

Cela se poursuit par la mise en place d’une organisation cloisonnée pour mieux servir une centralisation des décisions entre les mains de la direction générale : les cadres intermédiaires sont donc dans l’incapacité de soutenir leurs “troupes”, de faire partager une vision à laquelle ils ne sont pas associés.

Si l’on ajoute à cela le décalage entre les discours et la réalité (les recrutements soit-disant “désormais” transparents….), la volonté d’une politique managériale prétendûment moderne (l’évaluation à tout prix avec des indicateurs de plus en plus nombreux que les agents doivent remplir… quitte à devoir délaisser leur mission).

A ce rythme, l’administration communale sera bientôt sur le papier “hyper moderne et performante”, tandis que dans la réalité ses agents sont démobilisés ou malades et que les missions de service public sont de plus en plus mal remplies !

L’échec de la politique locale de sécurité

En 2010, l’adjointe à la sécurité déclarait au CP : “On veut en finir avec ce qui se faisait avant (!) … Il n’y avait pas de mission très claire pour les agents. La population veut un contact réel avec les municipaux… Il faut que les policiers aient la connaissance du terrain …”

En 2012, ce que ressentent les agents dont la municipalité voulait pourtant redéfinir les missions, c’est que ”les enjeux en matière de sécurité sont mal identifiés”. Pourquoi ? Sans doute parce que la “politique des élus (est) jugée opaque”. Et sans surprise, ce sont bien les résultats qui sont “décevants”.

C’est qu’il est toujours facile quand on n’y connait rien et que l’on en discute avec ses amis (politiques) et non avec les gens du terrain de définir une police de proximité “de salon”. Une politique idéale en somme … sauf que la réalité n’est jamais aussi simple que ce qu’en disent les dogmes !

A défaut de vouloir comprendre cela, la municipalité actuelle s’enferme dans ses certitudes. Elle ne fait pas que perdre un crédit déjà bien maigre, elle abîme les agents et  avec eux le service public qu’ils doivent servir.

http://www.imagineamiens.com/index.php?post/2012/04/01/La-police-municipale%2C-malade-malgr%C3%A9-elle-d-un-double-%C3%A9chec

2 réflexions sur « La police municipale, malade malgré elle d’un double échec, un article d’Imagine Amiens »

  1. monsieur le député.
    lorsque vous voyez les agents de voie public qu’ils ne peuvent dresser un proces verbal pour usage d’un mobile proche d’une école (rue saint fuscien)plus les interdictions de tourner à gauche rue du 8 mai vers la rue saint fuscien plus l’interdiction de tourner à gauche rue alexandre dumas en plus coupant la ligne continue et continuons la double ligne continue face a la maternité et à l’entré du collége ou certains automobilstes se garent malgres la gene que cela provoque cela va-t-il encore durer longtemps alors que la municipalité nous parle de sécurité.
    requete sans convictions.
    veuillez croire,monsieur le député,à l’expession de ma haute considération.

    mr hericotte claude .
    15 rue du vicomte de bragelonne apt13.
    80090 amiens

    • Cher Monsieur,

      J’ai bien reçu votre message et je comprends votre irritation. Elle est partagée par des milliers d’Amiénois, mais ce type de problème ne peut se régler que lors de l’élection municipale.
      Il faudra alors penser qu’un Maire n’est pas de gauche ou de droite, il est attentif, à l’écoute de ses concitoyens, compétent ou pas.
      Beaucoup de nos concitoyens se plaignent, aujourd’hui, des conséquences de leur vote passé ou de leur passivité en ces moments importants de la vie d’une collectivité.
      Pour ma part, sitôt cette séquence présidentielle et législative passée, je compte m’engager fortement pour redonner à notre ville son dynamisme et l’espoir d’un avenir. Mes sincères salutations,
      Avec tout mon dévouement,
      Olivier Jardé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*